Pour le bonheur de Mawada

Mawada a 6 ans et souffre de paralysie cérébrale. En novembre dernier, elle et sa famille ont fui Mossoul et ont trouvé refuge dans le camp de déplacés de Khazer. Handicap International a donné un déambulateur à la petite fille et lui fait bénéficier de sessions de physiothérapie.

Partagez cette actualité

Nader et Mawada, lors de la session de kinésithérapie.

Nader a les mains chargées d’un gros paquet, lorsqu’il pénètre dans la tente de Mawada et ses parents. C’est la deuxième fois que le physiothérapeute de Handicap International rend visite à la famille de la petite fille irakienne. « Lorsque j’ai rencontré Mawada la semaine dernière, j’ai réalisé sa difficulté à se déplacer dans le camp à cause de sa condition. Aujourd’hui, je lui apporte un déambulateur pour l’aider à marcher », indique le physiothérapeute.

Mawada souffre de paralysie cérébrale, une maladie congénitale. Marwa, sa mère, explique : « Ma fille est née après seulement 6 mois et demi de grossesse. Lors de l’accouchement, elle a manqué d’oxygène et cela a affecté son cerveau… » Marwa semble encore très marquée par cet évènement. « J’ai beaucoup pleuré et mon mari se sentait très mal quand nous avons réalisé ce dont notre fille souffrait. » C’est à ce moment-là qu’elle et son mari réalisent que Mawada ne marchera jamais normalement.

« Nous lui avons immédiatement fait suivre des sessions de physiothérapie, pour qu’elle puisse se déplacer autant que possible », expliquent les parents. La petite fille subit également 6 opérations différentes, pour modifier le positionnement de ses jambes. « Et jusqu’à notre fuite de Mossoul, Mawada participait à des sessions de réadaptation deux fois par semaine », indique Marwa. « On lui avait également acheté un déambulateur avec des roulettes, avec lequel elle se déplaçait constamment. Mais en novembre, nous avons dû fuir dans la précipitation et nous l’avons oublié chez nous. »

Marwa et son mari sont partis de Mossoul à pieds, avec leurs quatre enfants. « Notre fuite a été très compliquée », expliquent-ils. « Nous devions porter Mawada à tour de rôles et il y avait beaucoup d’explosions sur le chemin… » Avant de rencontrer l’équipe de Handicap International, Mawada a passé 3 mois dans le camp, sans bénéficier de sessions de physiothérapie. La privation de ces soins ont eu un effet évident sur sa santé. Alors, pour éviter que cela ne se reproduise, Nader montre aujourd’hui aux parents de la petite fille comment l’aider avec des exercices simples de réadaptation.

Mawada se prête au jeu, enthousiaste à l’idée de remarcher. La petite fille est très volontaire : « Elle m’aide beaucoup avec les tâches quotidiennes dans le camp », indique alors Marwa. « Elle est aussi très intelligente. Elle ne va pas encore à l’école mais elle sait déjà compter. » La mère de Mawada regarde sa fille faire quelques pas avec son nouveau déambulateur et conclut : « Tout ce que l’on espère aujourd’hui, c’est que Mawada puisse grandir comme toutes les petites filles de son âge. Que son handicap ne la privera pas d’éducation, qu’elle pourra aller et venir librement dans le camp. Nous souhaitons son bonheur plus que tout. »

Mawada essaie son nouveau déambulateur. © E. Fourt / Handicap International

Publié le 18.05.2017 - 06:51.

Nos Actions pays par pays

Relations presse

Chantal GOFFOZ
chantal.goffoz@handicap-international.ca

Gabriel PERRIAU
gabriel.perriau@handicap-international.ca

(514) 908-2813

AIDEZ-LES concrètement