« Moi aussi, j’aimerais soigner les gens »

Abdel Hamid a 11 ans et est originaire de Mossoul, en Irak. Le 19 mars dernier, il a été touché par un bombardement. Transporté d’urgence à l’hôpital, il souffre d’une fracture à la hanche. Une équipe de Handicap International lui rend visite chaque jour, pour des sessions de physiothérapie.

Partagez cette actualité

HI_mossoul_témognage_Abdel
HI_mossoul_témognage_Abdel
Abdel Hamid et Fatima, lors d’une session de physiothérapie.

Alors que Fatima, physiothérapeute de Handicap International se dirige vers la chambre d’hôpital d’Abdel Hamid, elle aperçoit le père du petit garçon sur le pas de la porte. Il la salue et, avant qu’elle ne pénètre dans la pièce, lui dit : « Ne parlez pas de ses frères et sœurs à mon fils s’il vous plait. Il ne sait pas encore qu’ils sont tous morts. Je ne sais pas comment lui dire… » Fatima aquiesce silencieusement et entre dans la chambre d’Abdel Hamid. Le petit garçon ne la connait que depuis quelques jours, mais les séances de physiothérapie ont créé entre eux une vraie complicité. Elle lui sourit chaleureusement et commence une nouvelle séance de réadaptation.

Après avoir inspecté les fixations externes sur la jambe gauche d’Abdel Hamid, elle demande : « Tu te sens prêt à marcher aujourd’hui ? » Un sourire illumine alors le visage du petit garçon qui s’exclame : « Tu crois que je peux ? Vraiment ? » La physiothérapeute lui fait un clin d’œil, lui montre les béquilles qu’elle lui a apporté, et l’encourage d’abord à s’asseoir sur le bord de son lit. Abdel Hamid suit les conseils de la professionnelle de l’association et pivote lentement sur son matelas.

Le petit garçon ne semble avoir qu’un souhait : pouvoir remarcher. Le mois dernier, alors qu’il jouait sur le toit de sa maison, il a été touché par un bombardement. Depuis, il a subi plusieurs opérations dans plusieurs hôpitaux. Encore convalescent, le moindre mouvement reste difficile pour lui. Pour autant, Abdel Hamid éxécute consciencieusement ses exercices de réadaptation, déterminé à se remettre debout. Fatima s’agenouille à son niveau et l’encourage alors qu’il baisse doucement les pieds vers le sol.

Abdel Hamid quitte son lit d’hôpital. © E. Fourt / Handicap International

« Quand je l’ai rencontré, le simple fait de bouger était presque impossible pour lui. Il restait constamment allongé dans son lit. Mais il fait des progrès impressionnants depuis que nous avons commencé les sessions de physiothérapie », explique Fatima. « Il y a deux jours, je l’ai fait marcher avec un déambulateur pour la première fois. Aujourd’hui, je veux l’encourager à se déplacer à l’aide de béquilles. Il remarchera un jour sans aides à la mobilité, mais notre intervention est essentielle pour qu’il ne se mette pas à boiter. »

La physiothérapeute fait preuve de patience avec le petit garçon. Elle l’encourage à prendre son temps et le rassure sur sa situation. Elle lui parle de ses rêves pour le motiver à aller de l’avant. « J’aimerais être docteur, comme toi », lui dit alors Abdel Hamid. « Comme ça, moi aussi je pourrai soigner les enfants qui sont blessés. » Il pose un pied au sol, puis le second. Il attrape alors les béquilles sous le regard bienveillant de son père. Fatima se tient à ses côtés alors qu’il se dirige vers le couloir. Les autres patients de l’hôpital, qui l’aperçoivent faire quelques pas, l’encouragent chaleureusement. Abdel Hamid sourit. C’est la première fois qu’il quitte sa chambre, depuis son hospitalisation.

Abdel Hamid quitte sa chambre pour la première fois depuis son hospitalisation. © E. Fourt / Handicap International

Publié le 24.05.2017 - 05:43.

Nos Actions pays par pays

Relations presse

Gabriel PERRIAU

gabriel.perriau@handicap-international.ca

AIDEZ-LES concrètement